Manifesto XXI

15/01/2020

politique

« Surtout, l’année 2019 a montré un essor sans précédent du militantisme dans le monde de l’art : l’apparition de mouvements comme Art en grève, collectif de collectifs et travailleur·ses de l’art apparu à l’occasion de la lutte contre la réforme des retraites le mois dernier, ou La Buse, réseau s’intéressant aux conditions de travail des travailleur·euses de l’art, la mobilisation continue de Décoloniser les arts à travers son blog et cycle de conférences, ou du média militant Documentations témoignent autant d’une radicalisation de la contestation d’un monde de l’art ouvertement “néolibéral, écocide, patriarcal et raciste” que d’une prise en compte croissante de l’intersectionnalité de ces luttes, dont le féminisme est évidemment l’une des composantes. En photographie, le collectif La Part des Femmes a contribué à démontrer l’impact immédiat que ce type d’action pouvait avoir en maintenant une vigilance constante sur les programmations des différentes expositions, prix et festivals. »



Manifesto XXI, Avancées et limites des luttes féministes dans l'art